Couture rapide : Le pi-cha-ma

Couture rapide : le pi-cha-ma

L’automne est bien installé. Le temps s’est rafraîchit, Mademoiselle B a bien grandi, et se trouve fort dépourvue dans la nuit fût venue ! 

N’appréciant pas vraiment les sacs à bébé communément appelés “turbulettes” qui empêchent précisément les bébés d’être turbulents, j’ai pris le parti de faire une tenue d’intérieure, pour le soir et le dodo, assez chaude pour la mi-saison. 

Un projet, 2 objectifs : créer un ensemble une taille au dessus pour durer plus longtemps et écouler le stock de tissus !

Fournitures : 

  • Patron Burda Kids 9312 acheté à l’unité, taille 18 mois
  • Un coupon de jersey bouclette Oeko Tex à motifs chats-trop-choux en 1.40*0.80 m de chez timeco
  • Un coupon de double gaze de coton pêche, en 1.10*0.50 m de chez timeco aussi
  • Un ruban élastique en 18 mm de large
  • Fil en polyester rose pâle, Lidl

Matériel : 

  • Ciseaux crantés pour découper le tissu
  • Papier à patron et roulette crantée
  • Stylo
  • Kit pour pose de boutons-pression, Lidl (inauguration ! )
  • Des épingles, s’il est utile de le préciser. 

Temps total : 1h30 pour le bas, puis 2 heures pour le haut. 

  1. Le pantalon : 

Une seule pièce de patron à découper pour faire l’avant et l’arrière : j’ai donc découpé deux pièces en jersey et deux pièces en double gaze pour faire un pantalon doublé, en me disant que la nuit, elle n’aura que son body en dessous, et donc les jambes nues.

Le patron est très simple et les explications très claires. 

Le + : on apprend à intégrer discrètement une ouverture pour mettre un élastique à la taille. 

  1. Le haut : 

N’ayant clairement plus assez de double gaze, je n’ai pas doublé le haut. De toute façon, avec un body manches longues, croisé sur le ventre, elle aurait sans doute eu un peu chaud. 

En revanche j’ai tenu à faire un rappel de la double gaze pêche avec les bracelets de manche et l’encolure. 

Comme pour le pantalon, le découpage des pièces et l’assemblage est assez clair. Avec les contraintes d’un tissu de petite taille et des motifs à garder dans le même sens (déjà qu’il est assez flashy, je ne voulais pas non plus que ça ressemble à un habit « desigual« ), j’ai dû ruser un peu pour tout faire rentrer et j’ai finalement dû couper une des manches en deux pièces. L’assemblage se faisant sur l’arrière du bras, ça ne se voit pas. 

N’ayant pas de thermocollant pour renforcer le tissu de la parmenture devant recevoir les boutons-pression (et la flemme d’aller ouvrir les 8 caisses de tissus se trouvant dans le garage), j’ai utilisé du ruban film collant qu’on utilise habituellement pour coller les ourlets, en mettant deux couches. Ça fait amplement le job !

J’ai enfin pu sortir mon kit de pose de boutons-pression trouvé-chez-lidl-en-allant-chercher-très-certainement-autre-chose-comme-des-carottes-ou-de-la-litière-pour-chats-mais-que-j’ai-dû-acheter-quand-même-parce-qu’il-devait-coûter-moins-de-10-euros-et-qu’il-était-rose. BREF. 

Et bien, je dirais que je ne regrette absolument pas mon achat ! 

Non seulement parce que la pince et les éléments sont très pratiques à utiliser, mais aussi parce que les boutons tiennent bien et se clipsent et se déclipsent facilement. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :